Promotion du Métier d'Ingénieur et Scientifique

Vous êtes collègien ou lycéen ? Vous voulez devenir Ingénieur ou Scientifique ?
Pour vous aider dans vos choix d'orientation, vous pouvez télécharger l'organigramme simplifié des principales filières d'accès aux métiers d'ingénieur et scientifique en suivant ce lien.

PROCHAINE RENCONTRE

Télécharger le flyer logo pdf

DERNIERES CONFERENCES

Retrouvez le résumé et le support des conférences (si disponible) en cliquant sur chaque item

MAPED ou la chronique d'une entreprise française face au changement climatique

conf fiorin

IA - Qu'est ce que c'est ? Quels en sont les limites, les enjeux ?

conf gaussier

Questions et réflexions sur l’énergie

conf gistau baguerL’énergie est souvent un concept assez flou. Il est important de bien comprendre ce qu’est l’énergie.

Toute l’énergie que nous consommons provient d’une source unique: la fusion thermonucléaire.

Si toute l’énergie consommée en France était obtenue à partir de sources renouvelables il faudrait savoir la transporter et surtout la stocker.

En passant en revue quelques moyens de stockage et de transport, dont la filière hydrogène, nous voyons qu’ il faudrait accroître considérablement la taille des moyens actuels.

En comparant les rendements d’un véhicule à moteur thermique et d’un véhicule à moteur électrique nous nous posons la question de la généralisation des moteurs électriques, pas si évident!!!

L’hypothèse consistant à se passer totalement des énergies fossiles est-elle raisonnable?.

Le conférencier à l’aide de calculs simples nous aide à faire le tri des préjugés ou des modes que nous subissons pour mieux cerner les évolutions potentielles à l’horizon 30 ans ?...

Un grand merci à Guy pour cette conférence remarquable qui, sans nous donner la solution sur ce qu’il faut faire, nous aide à être plus attentifs et critiques vis à vis de la masse d’informations que nous recevons.

Télécharger le support de la conférence logo pdf

Le club des Entreprises et l’Université de Savoie Mont Blanc, un partenariat efficace !

conf borgheseEn quoi les nouvelles générations accélèrent les grandes transformations à l’oeuvre dans les entreprises ?

Quels en sont les impacts sur les métiers et donc sur les carrières ?

Quels sont les enjeux des organisations / entreprises en terme d'innovations, de compétences et de leur management, pour donner une vision prospective sur les métiers et les carrières, ....

Comment le réseau IESF peut participer aux actions et outils déployés tout particulièrement avec les élèves, les enseignants et les professionnels ?

Université- Entreprises et réseaux d’ingénieurs et Scientiques : une coopération ecace pour accompagner et adapter les transformations du monde économique et les besoins en compétence des entreprises avec les attentes des jeunes diplômés.

YAMAL LNG , Construction d’un grand projet gazier en conditions extrêmes dans l'Arctique russe

conf alain marechalYamal LNG, un projet intégré aux multiples aspects :

  • La création d’un champ de production de gaz naturel.
  • La construction de plusieurs infrastructures dans un espace désert et glacé : un aéroport international, une usine de production électrique, une usine de liquéfaction de GNL, un port dans les glaces, utilisant une méthode audacieuse de modularisation de la construction.
  • La commercialisation, en Europe et en Asie de l’intégralité des futures productions du projet.
  • La conception, test et construction d’un méthanier brise-glace.
  • Une opération de financement bancaire au milieu des sanctions contre la Russie.
  • L’ensemble de ces développements réalisés dans les délais et les coûts, dans un contexte politique de sanctions.

Alain MARECHAL est ingénieur diplômé de l’Ecole des Mines de Nancy et docteur-ingénieur engéostatistiques. Il a effectué la plus grande partie de sa carrière professionnelle chez TOTAL SA.

Gustave Eiffel ou la révolution du rivet

conf herve boileauGustave Eiffel !

Un nom célèbre dans le monde entier pour une tour qu’il n’a ni imaginée ni calculée, mais qui fera sa gloire et sa fortune ! Une vie riche, multiple, variée, un symbole du foisonnement de la seconde moitié du XIXe siècle.

Ingénieur de formation certes, mais surtout homme d’affaire avisé, jusqu’à…une sale affaire, un des plus grands scandales financiers de l’histoire de France, mais qui finalement, en fait…un ingénieur !

Et en fera sur la fin de sa vie, un des maîtres des débuts de l’aérodynamique.

Sa vie nous servira de fil rouge car Gustave Eiffel est avant tout un symbole :
- Celui d’une révolution industrielle et architecturale : celle du fer et de l’acier, de la construction métallique en série, du rivetage à la soudure ;
- D’une révolution économique : les Grands Magasins, le Banques d’affaires, le chemin de fer ...
- La Tour qui porte son nom, elle-même est le symbole des symboles : de la victoire du métal sur la pierre, de celle des ingénieurs sur les architectes, de la revanche de la France humiliée sur la Prusse de 1871 ;
- De ce XIXe siècle industriel et industrieux, créateur, conquérant ;
- De ces vitrines du "Progrès", du "Scientisme" que sont les Expositions Universelles.

Télécharger le support de la conférence logo pdf

Les forces sous-marines françaises Cas particulier du SNLE « Le Redoutable » : mission de dissuasion, aspects techniques et humains

conf hubert putzLes forces sous-marines et la force océanique stratégique sont composées d'environ 4 000 marins, militaires et civils, qui mettent en œuvre 4 sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE), 6 sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) et des unités assurant leur commandement et leur soutien : état-major, base opérationnelle de l'Ile Longue, stations detransmissions, escadrilles, écoles de navigation sous-marine et centre d'interprétation et de reconnaissance acoustique. Ces forces sont placées sous l'autorité de l'amiral commandant les forces sous-marines et la force océanique stratégique (ALFOST).

Chasseurs de sous-marins, les SNA sont indispensables à la sûreté et au soutien de la FOST et à la protection d’une forceaéronavale à la mer. Ils concourent aussi à une « dissuasion conventionnelle ». Ils peuvent rallier rapidement un théâtred’opérations, y rester longtemps, discrètement ou si nécessaire plus ostensiblement, y recueillir du renseignement, participer à des opérations spéciales et s’il le faut mettre en œuvre leurs armes: torpilles, missiles antinavires, nageurs de combat.

Les SNLE basés à l'Île Longue, équipés de missiles M5, assurent depuis 50 ans sans aucune interruption une permanence à la mer au profit de la dissuasion, prêts à tout moment, sur ordre du président de la République, à délivrer des armes nucléaires sur l'objectif assigné.

L'amiral Hubert Putz entre à l'Ecole navale en 1965. Il opte très vite pour les forces sous-marines où il acquiert la double spécialité de missilier et d'atomicien. Il sert d'abord sur des sous-marins classiques avant d'embarquer sur sous-marin nucléaire lanceur d'engins. Il commande la Galatée, sous-marin diesel de 800 tonnes, et quelques années plus tard le Redoutable. Entretemps il est diplômé de l'Ecole de guerre navale. Après avoir effectué une douzaine de patrouilles opérationnelles et plus de 22 000 heures de plongée, il est affecté à la division Opérations de l'état-major de la Marine, puis à la division Forces nucléaires de l'état-major des Armées avant de rejoindre Mururoa comme chef des opérations à la reprise des essais nucléaires (1995). Son dernier poste dans la marine sera celui d'adjoint de l'amiral commandant les forces sous-marine et la force océanique stratégique. Après avoir servi 35 ans dans la Marine, il entre à l'Inspection nucléaire d'EDF avant de prendre sa retraite définitive en 2012.

Télécharger le support de la conférence logo pdf

Écologie Industrielle : un oxymore de plus ou un outil au service de la transition environnementale et énergétique ?

conf herve boileauCe concept, connu depuis plus d’un demi-siècle par les nordiques et les anglo-saxons sous le vocable « industrial ecology » ou encore « industrial symbiosis » est encore peu connu en France. Il est pourtant défini dans le cadre de la loi du 17 août 2015 dite « loi Transition Énergétique pour la CroissanceVerte ».

L’université Savoie Mont Blanc, forte de ses cinquante ans d’expérience dans le domaine du traitement des effluents et plus de vingt dans les énergies renouvelables, soutenue par des entreprises et un territoire dynamique, a créé, en France, la première formation d’ingénieur EIT (EcologieIndustrielle et Territoire ). Hervé BOILEAU est en charge de cette formation.

Après avoir donné une définition (celle de la loi), quelques exemples pris à travers le monde, y compris anciens, nous verrons en quoi ce concept transversal peut aider à concevoir un avenir « gagnant-gagnant » pour tous, entreprises, collectivités, usagers, citoyens. Nous verrons également en quoi cette vision, transversale et pluridisciplinaire nécessite une profonde refonte des contenus enseignés aux élèves-ingénieurs, ainsi que de la façon d’enseigner.

Télécharger le flyer logo pdf

Le Granier, entre dissolution et éboulement

conf robert durandLe Granier est la montagne emblématique qui domine le sud du bassin Chambérien. C'est un petit plateau calcaire, bordé sur ses quatre côtés par de hautes falaises dont la plus spectaculaire est sa vertigineuse face nord. C'est ici qu'en 1248, s'est déroulé le catastrophique éboulement qui a causé la mort d'environ 1000 personnes. Plus récemment, d'autres éboulements, heureusement de moindre ampleur, ont défrayé la chronique.

Mais le calcaire du Granier est également rongé par la dissolution chimique. Les eaux froides chargées d'acide carbonique l'attaquent de l'intérieur et en surface. Cette montagne est aussi un véritable labyrinthe souterrain en trois dimensions. Le conférencier nous fera visiter une infime partie de ses 74 kilomètres de galeries.

Robert Durand pratique la spéléologie depuis 1968 au sein du Spéléo club de Savoie. Il en a été le président de 1974 à 1980 et conseiller technique de la préfecture pour l’organisation des secours en milieu souterrain de 1975 à 1985. Il a été président du Comité départemental de spéléologie de la Savoie de 2000 à 2004 et a effectué plus de 1 500 sorties sous terre. Robert Durand a, à son actif, topographié plus de 100 km de galeries. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et de publications sur la spéléologie.

Robert Durand, un passionné. C'est - presque - un Savoyard pure souche... voire davantage !

Fils de cheminot, il a vécu ses premières années en Saône-et-Loire, mais il est rapidement devenu Savoyard de cœur et d'adoption. Il emboîte le pas de son père, devenant conducteur de motrice SNCF, pour les trains de fret en particulier, entre Chambéry et Modane : la Combe de Savoie et la vallée de la Maurienne, vues depuis sa cabine de conduite, à toute heure et par tout temps, n'ont aucun secret pour lui !

La spéléologie, il l'a connue un peu tardivement mais il l'a très vite rattrapée. Tout était alors à découvrir avec ses « potes » du club et ils ne s'en sont pas privés Robert goûte également au deltaplane et s'en sert notamment de moyen de repérage pour les porches de grottes débouchant en falaise, à partir desquels les expéditions qui suivaient tentaient de remonter les « conduites forcées » naturelles souterraines. Puis, au hasard de ses rencontres, il a découvert un autre monde souterrain, les mines, ainsi que les carrières souterraines, dont la Savoie regorge. Dans ces domaines, ses recherches incluent tout type de minerai et tout mode d'exploitation. Enfin, parti d'une étude généalogique de sa famille (qui le fait remonter à une souche autrichienne), il en arrive à l'exploitation ancienne des forêts du Peney révélée par des tas de scories, provenant de charbon de bois et de minerai de fer, retrouvées sur l'emplacement de dizaines de charbonnières et de bas-fourneaux, recensés par ses soins, et datés. Travaillées sur ces sites, ces matières premières permettaient la fabrication de "loupes" destinés aux cloutiers des Bauges, lesquels se consacraient à la production de clous en période hivernale.

A travers toutes ses passions, Robert Durand a apporté une énorme contribution à la mise à jour des connaissances et à la découverte des sites souterrains et miniers de Savoie. Il en a fait un inventaire systématique et a publié de nombreux ouvrages dont il a réalisé lui-même les textes, les schémas en 3D et la plupart des photos. Par ses travaux, il est désormais une référence, sollicité pour participer à des comités scientifiques de musées connus (les Hurtières principalement), à des expositions, à des conférences...

Télécharger le flyer logo pdf

La montagne, enjeu d'avenir

Dauphiné Libéré du 02 juin 2023

conf gaymardLors d'une conférence sur les enjeux du territoire, le président Hervé Gaymard a rappelé l'importance pour la Savoie de « jouer son rôle », en matière de tourisme, de développement et de transports.

"La montagne, enjeu d'avenir". Le thème de la conférence donnée par Hervé Gaymard aux membres de la société des ingénieurs et scientifiques de France sillon alpin, revêtait un aspect tout particulier, à l'heure du dérèglement climatique. « Je ne suis pas climatosceptique », a insisté le président du Conseil départemental, ce jeudi ler juin, à l'Hôtel du Département, à Chambéry. Dans ce contexte qui va peser sur l'avenir des territoires de montagne, il a tenu à rappeler la position particulière de la Savoie, forte de son "économie équilibrée".

« On dit que le Département a tout misé sur le tourisme et qu'on ne skiera plus, qu'on est dans une impasse. S'il n'y avait pas eu le tourisme après la Seconde Guerre mondiale, les vallées et les zones montagnardes seraient désertiques. Mais dire qu'on a mis tous les oeufs dans le même panier n'est pas tout à fait vrai : la Savoie a d'autres activités fortes. Je sais qu'il y a un réchauffement qui nous angoisse, mais la montagne et la politique touristique ne sont pas responsables.

Arrêtons de tirer sur nos stations : la consommation annuelle d'énergie aux Saisies, c'est un jour à Disneyland », a précisé Hervé Gaymard, qui souhaite offrir de nouvelles voies de développement avec le tourisme quatre saisons, ciblant « les 15 jours de vacances de la Toussaint ». « Il y a des leviers, y compris dans notre consommation d'énergie », a martelé le président.

L'avenir passe également par les transports et le chantier du Lyon - Turin. Alors que les travaux de l'ouvrage principal ont déjà débuté, la question des accès fait toujours débat, au grand dam d'Hervé Gaymard. « On est dans une période d'atermoiement, on n'est pas entendu. Pour moi, le premier enjeu, c'est de dire au gouvernement, que s'il ne veut pas prendre de décision toute de suite, qu'il faut au moins lancer les choses avec les études sur les tracés. »

David Magnat - 01 juin 2023

jph gaymard

Récupération d'énergie vibratoire

conf adrien badelCette conférence traitait de la récupération d’énergie vibratoire ambiante pour l’alimentation de dispositifs électroniques sans fil (électronique portable, capteurs autonomes communicants). L’objectif est de fournir une alternative à l’utilisation de piles électrochimiques qui nécessitent d’être remplacées régulièrement, par la mise en œuvre de générateurs électromécaniques permettant de convertir l’énergie vibratoire ambiante en énergie électrique. Les puissances considérées sont de quelques mW pour des générateurs de taille centimétrique. Les recherches actuelles dans le domaine visent à améliorer la densité de puissance de ces générateurs ainsi que leur capacité à s’adapter à la grande variabilité des vibrations ambiantes.

Adrien Badel est professeur à l’Université Savoie Mont Blanc. Il enseigne l’automatique, l’électricité et la mécatronique au sein de Polytech Annecy-Chambéry, école d’ingénieur de l’université. Ses activités de recherche au laboratoire systèmes et matériaux pour la mécatronique portent sur la valorisation de micro-sources d’énergies ambiantes, la récupération d’énergie vibratoire, l'amortissement vibratoire ainsi que la modélisation et le contrôle d’actionneurs piézoélectriques.

Biomécanique de la pratique du ski alpin et du matériel et interface homme/skieur

conf hintzy2La performance sportive est multifactorielle. Elle englobe les qualités musculaires – énergétiques - psychologiques, la maitrise de la technique gestuelle et l’équipement sportif utilisé. Selon les sports, ce dernier point occupe une part plus ou moins importante. Dans le cadre du ski alpin, l’implication de l’équipement sportif dans la performance sportive est importante et croissante, puisqu’elle profite des avancées scientifiques dans des domaines variés comme les sciences des matériaux, la simulation & les modèles mathématiques et enfin la biomécanique.

En mai 2019, Frédérique HINTZY nous a présenté la biomécanique du ski alpin. Cette seconde conférence traitera de l’optimisation des équipements et de la gestuelle en ski alpin.

Frédérique HINTZY s’intéresse principalement aux activités sportives outdoor, comme le ski alpin, le trail, le VTT. Fort de partenariats avec les milieux socio- économiques et sportifs de sa région (Fédération Française de Ski, Salomon, ..). Elle a largement su passer des approches fondamentales à des transferts technologiques appliqués, en développant des capteurs spécifiques au ski alpin, en participant aux préparations des grands champions.

Télécharger le support de la conférence logo pdf

ALTAIR 6 : objectif 145 km/h

altairDepuis 2007, l’IUT d’Annecy développe un projet de vélo caréné, alliant techniques de pointe et Intelligence Artificielle.

ALTAIR, c’est son nom, a permis aux élèves en Génie Mécanique de l’IUT d’Annecy de remporter divers championnats universitaires, tant en France qu’à l’étranger, améliorant au passage le record du monde universitaire à plusieurs reprises.

Guillaume de FRANCE, nous a présenté les différentes étapes de cette aventure hors normes, défi technologique et humain qui a pour objectif de battre une nouvelle fois le record du monde en 2023 avec une vitesse attendue de 145 km/h à la seule force de l’humain.

Si IESF veut aider, toute participation est bienvenue…, si modeste soit-elle !

Lithium pour les batteries : le nouvel or blanc ?

conf michel gayLes voitures deviennent électriques, les bicyclettes et les trottinettes suivent.

En Europe, certains gouvernements veulent même reléguer les véhicules thermiques au rang de lointain souvenir pour rouler « vert », c’est-à-dire électrique dans un futur proche (entre 8 et 15 ans).

La Norvège s'est engagée à bannir les ventes de véhicules à moteur à combustion interne dès 2025.

L'Irlande, les Pays-Bas et la Slovénie en 2030, l’Écosse en 2032, et l’Union européenne en 2035.

Le monde entier commence donc à regarder vers les véhicules électriques dont le stockage d’électricité dans le « réservoir » repose aujourd’hui essentiellement sur le lithium à cause de sa légèreté et de ses capacités à stocker 4 à 5 fois plus d’électricité que le plomb actuel dans une batterie.

Oui, mais ce ne sera ni simple, ni facile de se passer du pétrole et du gaz…

Télécharger le support de la conférence logo pdf

Pour aller plus loin :

"L’hydrogène, cet hallucinogène" logo pdf

"Nucléaire durable : le temps des surgénérateurs est venu !" logo pdf

VISITES D'ENTREPRISE / EVENEMENTS

VISITE du Laboratoire d’Annecy de Physique des Particules

Le 22 novembre 2022, 30 participants ont profité d’un excellent accueil de Mme Claire Adam BOURDARIOS qui nous a présenté avec passion les principaux axes de recherche présentés dans l’espace Découvertes EUTOPIA.

Une fois de plus nous avons été confrontés à immensité de l’univers dont nous ne connaissons qu’une infime partie : 5% ???

Des informations sont disponibles sur le site EUTOPIA en suivant ce lien.

visite lapp2

Fête de la science 2020

Malgré le contexte sanitaire, cette année encore nous avons participé en collaboration avec l’association EDICO de Damien PERRIER et Samuel BERNARDET à cette manifestation. Les visiteurs ont pu découvrir nos actions et apprécier les démonstrations de contrôle d’un ordinateur par la pensée d’EDICO,

Samuel BERNARDET a présenté les différents projets en cours de cette association en collaboration avec Damien PERRIER qui était présent en visio-conférence.Enfin, Joseph DEFRETIN, docteur-ingénieur grenoblois, a présenté un nouveau système de suivi oculaire innovant par simple webcam et intelligence artificielle ... développé au sein de l’entreprise Probayes à Grenoble.

Cette édition se déroulait au centre des congrès du Manège où plusieurs stands étaient particulièrement intéressant comme par exemple celui du Laboratoire Souterrain de Modane ou celui de Jean Jacques MILLET, paléoanthropologue.

 

Visite du centre de supervision urbain (CSU)

pperezLes membres de l’UDISS ont été invités le mardi 9 avril 2019 par Pierre PEREZ (adjoint au maire de Chambéry en charge de l'administration générale, de la prévention et de la sécurité) à visiter la salle opérationnelle du Centre de Supervision Urbain de la police municipale.

Opérationnel depuis octobre 2017, ce centre dispose de multiples écrans, transmettant en permanence les images des nombreuses caméras installées sur les secteurs les plus sensibles de Chambéry.

Sept opérateurs (formés spécifiquement à ce type de surveillance) encadrés par un responsable, se relaient nuit et jour et déclenchent des alertes régulièrement. Sur un mur équipé de 21 écrans de 55 pouces, ces opérateurs suivent en direct les images transmises par les 63 caméras de vidéo protection. Cet outil aide quotidiennement les policiers et gendarmes dans la lutte contre la délinquance et le taux de résolution des affaires qu’ils ont à traiter a fortement augmenté.

Ces images permettent aussi de signaler aux pompiers un malaise ou un feu, de voir des auteurs de dégradations et de les confondre immédiatement. Sous peu il sera possible aussi de verbaliser par vidéo et de gérer en direct les bornes d'accès aux secteurs reservés.

Ce centre pourra traiter dans le futur les images transmises par les installations d’autres communes, et d’autres équipements vidéo tels que ceux équipant les bus, les parkings ou les immeubles des bailleurs sociaux. Il est dimensionné pour accueillir à terme entre 200 et 250 caméras.

Les réquisitions judiciaires pour les images des caméras de surveillance sont passées de 47 en 2013 à 310 en 2018 et continuent de progresser en 2019. Le Centre est devenu un élément vital pour la police chambérienne : des réseaux de trafic de drogue sont régulièrement démantelés et des interventions sur des actes violents permettent des interpellations immédiates. La pause de caméras a permis de contrôler et faire diminuer la délinquance dans certains quartiers. Une dizaine de caméras sera installée en 2019 dans le quartier du Biollay. L'entretien et l'installation de nouvelles caméras coûtent 160 000 euros par an à la ville.

Les enregistrements sont conservés quinze jours. Un PC de crise permet de regrouper sur place les forces de l'ordre, police nationale et gendarmerie, les secours, pompiers et sécurité civile ainsi que les représentants de la justice.

Les 33 participants ont été enchantés par leur visite et très impressionnés par la modernité des équipements du centre ainsi que par l’efficacité de ce dispositif. Ils expriment leurs vifs remerciements à Pierre Perez.

ST Microélectronics

st microelectronicsSite gigantesque, ST Microélectronics emploie 4 000 personnes à Crolles et 2 000 à Grenoble. Chiffre d’affaires de 9 milliards d’euros.

Entreprise à la fois à accès très sécurisé et très organisée pour les visites (les photos interdites).

Les composants électroniques fabriqués à partir de lingots de silicium sont présents partout dans notre vie quotidienne : chacun d’entre nous utilise en moyenne 250 fois par jour un composant ST Microélectronics.

Parcourant un couloir vitré, nous avons vu la « salle blanche » dans laquelle sont fabriquées les « puces ». Cette salle est 100 fois plus « propre » (nombre de particules par mètre cube) qu’un bloc opératoire à l’hôpital. Ceci grâce à un flux d’air filtré pulsé de haut en bas et renouvelant l’air de la salle toutes les 10 secondes. La consommation électrique importante (égale à celle de la ville de Grenoble) est le prix à payer pour cette pureté.

La fabrication est très automatisée et le personnel, très occupé à la maintenance préventive du matériel, est équipé de masque, lunettes, combinaison étanche, cagoule et sur-bottes.

Centre de sécurité du Tunnel du Fréjus

Fonderie de cloches PACCARD à Sévrier

Mr Paccard, le PDG de l’entreprise, nous accueille dans l’atelier d’accordage des cloches afin de nous montrer des cloches presque terminées (il manque le battant et l’anneau de suspension). Elles sont accordées à l’aide d’un tour vertical jusqu’à l’harmonique d’ordre 5 par enlèvement de métal à l’intérieur. Pas le droit à l’erreur car il est impossible de rajouter du métal !

L’entreprise Paccard fait partie des 3 ou 4 fondeurs accordant ses cloches sur les 90 mondiaux.

Si l’accordage est secondaire pour une cloche unique, la note fondamentale étant donnée par la forme et la dimension, il devient indispensable pour qu’un carillon sonne juste, les harmoniques de l’une étant la fondamentale d’une autre. La précision atteinte est de 3/100ème de demi ton. Les instruments d’accordage utilisés sont passés de l’oreille à l’oscilloscope en passant par le diapason.

Puis, passage à l’atelier de fonderie pour assister à la coulée. Le métal, l’airain, est un alliage 78 Cu/22 Sn. Il est porté à 1200°C dans un four. Après dégazage, les vapeurs, initialement jaunes, deviennent vertes.

Le creuset est extrait du four et le métal est versé dans le moule en sable et à cire perdue. Le prêtre qui a commandé la cloche pour son église bénit le métal et prie pour tous les fidèles de sa paroisse.

La combustion de la cire provoque des flammes très vives qui s’éteignent quand le métal a pris toute la place de la cire : la coulée est terminée. L’excédent de métal est versé dans des lingots destinés à la cloche suivante. Il reste à attendre le refroidissement, qui, comme chacun sait, prend « un certain temps » avant de casser le moule.

Tout le groupe de visiteurs est ensuite invité à un récital : Mme Paccard, chanteuse professionnelle, accompagnée par le carillon Paccard(Photo ci-dessus) nous enchante avec un répertoire varié allant du gospel à la chanson d’amour pour finir superbement avec un Ave Maria et un Requiem . La visite se termine par le musée, où l’on voit une photo de la plus grosse cloche mondiale (33285kg), fabriquée par Paccard et expédiée aux USA pour le passage à l’an 2000, puis la boutique qui propose des cloches plus modestes...

Nous remercions chaleureusement Jean-Pierre VITTOT, Maitre Carilloneur de Chambéry, et membre de l'UDISS pour l'organisation de cette visite.

Usine de pâtes alimentaires "la Pasta" à Saint-Jean de Maurienne

Visite de La Pasta à Saint Jean de Maurienne le jeudi 5 avril 2018.

Mr Guillaume Fabrocini ; le PDG (« celui qui gère les emmerdes ») de l’entreprise nous accueille devant une carte de la Savoie-Piémont où apparaissent les spécialités gustatives de ces deux régions jumelles réunies par le tunnel du Mont-Cenis, clé de nombreux échanges.

Savez-vous que les crozets ne sont pas des pâtes car ils sont fabriqués avec du blé tendre, alors que les pâtes sont faites de blé dur ? Et aussi que le safran des Huretières est toujours récolté à la main ? Que le métier de vermicellier est né à St Jean de Maurienne sous l’influence de l’immigration italienne ? Que l’origine des pâtes n’est peut-être pas chinoise, mais arabe (les lasagnes viennent des « lazania » du Maghreb) ? Que les ravioles de la Drôme, à base de fromage et d’herbes locaux ont été « inventés » par des immigrés italiens qui ne trouvaient pas les 3 viandes nécessaires à la confection de leurs ravioli nationaux ? Et encore comment obtenir un spaghetto qui retient la sauce tomate ? Il faut extruder avec une tréfileuse en bronze qui abrase la surface, naturellement lisse.

Pour faire des pâtes, il faut de la farine et de l’eau. La pâte obtenue est extrudée ou laminée puis découpée. Chez Pasta & Aromi, tous les ingrédients sont naturels (safran, cèpes...) Ce qui lui a valu le statut d’« Artisan » et le logo « a »

Pasta & Aromi a repris en 2005 la tradition de la famille Bozon-Verduraz, fondatrice.

Après cette présentation par Mr Fabronici, nous avons visité la boutique, admiré des photos anciennes ainsi que des boites de pâtes « La Lune » et autres. Pasta & Aromi commercialise aussi « soupe de Mai », Panettone, produits bio, polenta, crozets, risotto, gâteaux, chocolats, vin de Maurienne, etc...

L’usine, qui produit 2 tonnes de pâtes quotidiennement, est visitable certains jours de fabrication. Boutique-musée ouverte du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 19h.

Vous pouvez retrouver l'intégralité de nos visites et conférences en suivant ce lien.