Promotion du Métier d'Ingénieur et Scientifique

Vous êtes collègien ou lycéen ? Vous voulez devenir Ingénieur ou Scientifique ?
Pour vous aider dans vos choix d'orientation, vous pouvez télécharger l'organigramme simplifié des principales filières d'accès aux métiers d'ingénieur et scientifique en suivant ce lien.

PROCHAINE RENCONTRE

Conférence d'Olivier FERNEX de MONGEX, Avocat à la Cour de Chambéry, le lundi 17 février 2020 à 18 heures 30, Hotel Best Western - 51 rue A. Fleming - CHAMBERY

Télécharger le flyer logo pdf

NOS DERNIERES CONFERENCES

Lorem Ipsum ...

conf baud

Malgré des efforts de RTE, la couverture de la pointe de consommation est essentiellement assurée par la production thermique et des imports allemands : résultat + 2 Mt CO2/an

Avec la montée du renouvelable, les écarts entre production et consommation croissent. Le stockage n’est pas à maturité économique à l’échelle du problème : résultat le taux de fonctionnement des outils de production baisse de 10% en 10 ans faisant perdre plus de 6 Md€/an d’absorption de frais fixes au système électrique/an

Le cercle vicieux enclenché oblige à monter les prix de l’électricité et pousse les délocalisations : résultat le CO2 importé monte de 30% en 10 ans pendant que la production industrielle baisse de 25%

Dans ce contexte, il apparait quasi certain que les annonces sur l’arrêt des centrales charbon (en France et en Allemagne) seront impossibles à respecter…. alors que la flexibilité industrielle n’est utilisée qu’à 10% de ses capacités ; alors qu’elle crée de la valeur économique pour tous tout en économisant du CO2

Ainsi, Energy Pool, entreprise savoyarde, s’est donnée pour mission de manager l’énergie des systèmes complexes au service des acteurs ; en priorité chez les gros consommateurs.

Créé en 2010, nous travaillons maintenant dans 12 pays, pilotons 24x7 4 GW de capacité dans plus de 1 000 sites industriels (plus que la puissance de la centrale nucléaire de la centrale du Bugey) et investissons plus de 5 M€/an pour devenir le leader mondial dans notre métier.

Olivier BAUD est diplômé de l'Ecole Supérieure des Mines de Douai (1981) et détient une spécialisation de l’IFG.
Il a été distingué Chevalier de la légion d’honneur par Mme la Ministre de l’environnement en 2014.

 

L'espace, c'est grand...

conf gayAppréhender les distances entre les planètes, les étoiles et les galaxies est impossible pour un esprit humain,… sauf à réduire considérablement les échelles par étapes successives pour revenir à des distances relatives visualisables. Michel nous propose à l’aide d’astuces de visualiser notre système solaire, notre galaxie et plus : l’univers, tel que les connaissances actuelles peuvent permettre de le mesurer !

Après une heure et demie d’exposé nous nous sommes sentis bien petits, perdus dans un univers immense que nos techniques les plus avancées ne nous permettront pas de parcourir. Un grand merci à Michel pour sa conférence et pour le travail considérable d’étude qu’elle lui a demandé. Michel nous confie son diaporama. Allez le découvrir sur le site. C’est costaud ! Bravo à tous ceux qui s’y colleront ! J’ai retenu pour vous quelques extraits.

L’univers :

En dehors des avions et de certains satellites visibles au coucher du Soleil, les petits points lumineux que nous voyons dans le ciel représentent 3 types d’objets célestes :

  • des étoiles, majoritaires, qui sont des boules de gaz (principalement H2) qui fusionnent (grosse réaction nucléaire permanente).
  • des planètes du système solaire éclairées par le Soleil
  • des galaxies lointaines qui brillent comme des étoiles.

Le système solaire, c’est 8 planètes autour du Soleil en excluant Pluton (Mon Vieux Tu M’as Jeté Sur Une Nouvelle Planète) Mercure, Venus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton.Notre galaxie c’est un disque de 100.000 AL. Elle existe depuis le début de l'Univers, 13 ou 14 Md années soit 3 fois l’âge du Soleil (4,5 Md années) et 4 fois l’âge de la Terre (3,5 Md années). Elle comprend environ 250 Md étoiles… +/- 150 Md (entre 100 et 400 Md). Le Soleil fait partie des 250 milliards d’étoiles. Ce n'est pas une étoile massive. Le Soleil ’explosera donc pas en supernovæ. Dans 5 Md années, il deviendra une géante rouge. Ses gaz seront relâchés relativement doucement dans un rôt cosmique… Il existe des milliards de galaxies.

Quelques repaires :

  • Vitesse lumière = 300.000 km/s = 7 fois tour de la terre (40.000 km) / s
  • 1 mnL = 18 Mkm Le soleil est situé à 150 Mkm de la Terre = 8 mnL (= 1 UA)
  • Une heure lumière (1 HL)=1 Md km donc 1 AL = 8760 h = 10.000 milliards km(!?)

Trois échelles successives pour appréhender les distances relatives :

  • 1) des planètes autour de la Terre,
  • 2) notre système solaire,
  • 3) les distances des étoiles entre elles dans notre galaxie (Voie lactée).

Représentation des 8 planètes du système solaire :

  • 1 AL = 100.000 km 1 HL = 10 km 1 cm = 1000 km 10 m = 1 Mkm 1 km = 100 Mkm
  • Terre = 12 cm (réduction par 100 M), Soleil, d’un diamètre réel de 1,5 Mkm, est représenté par une sphère de 15 m de diamètre.


Diamètre du Système Solaire 100 km, tient dans un cercle centré sur Chambéry et passant Grenoble -Annecy - Albertville – Bourgoin-Jallieu : Lune (noix de 3 cm) à 4 m de la Terre (12 cm), la Terre est à… 1,5 km du Soleil (diam 15 m = boule englobant un immeuble cubique de 5 étages)

La fin de notre monde dans un fantastique ballet cosmique dans 3 Md années…:

La galaxie d'Andromède (2,5 MAL) entrera en collision avec notre Galaxie dans 3 Md années… D'un diamètre d'environ 220 000 années-lumière (deux fois plus grande que notre Voie Lactée), elle contiendrait environ mille milliards d'étoiles (3 à 4 fois plus que la Voie Lactée). La Terre nous entraine à 1500 km/h à l'équateur (0,5 km/s), et elle nous propulse à 30 km/s autour du Soleil qui, lui-même, fend l'espace à 230 km/s autour du centre de la Voie lactée.  Celle-ci s'approche de la galaxie d'Andromède à 120 km/s et les deux convergent à 45 km/s vers le centre de notre amas local de galaxies appelé le Groupe Local. Andromède se rapproche de nous à la vitesse folle de 120 km/s, soit 430.000 km/h. On voit que les trajectoires de collisions vont s’enrouler en spirale. Heureusement, ce n’est pas pour demain !

Existe-t-il de la vie ailleurs sur d'autres planètes ?

La vie apparaît partout dès que les conditions physiques le permettent, mais nous ne le saurons jamais… de notre vivant au moins !...

Télécharger le support de la conférence logo pdf

 

A propos des eaux thermales

conf coffinet

Il y a en France 107 stations thermales dont 17 dans la seule Région Rhône Alpes. 500 sources thermales sont référencées et reconnues par l’Académie de médecine pour leurs vertus médicales. Chacune est différente de l’autre et a des particularités physico-chimiques liées à son parcours sous la terre.

Thierry COFFINET est ancien Directeur Général des Thermes de Saint Gervais les Bains, Vice-président de la fédération Rhône Alpes Thermale et Vice-président du Cluster Innovatherm. Il nous raconte avec plaisir l’histoire de cette eau thermale depuis l’origine, la découverte, le premier établissement thermal en 1807, jusqu’à sa gestion de type « agro-alimentaire » aujourd’hui. Par un jeu de questions-réponses il nous fait évaluer les caractéristiques de cette eau et l’apport économique pour la région :

Temps de transfert de l’eau sous terre environ 6000 ans, température de l’eau à 800 m de profondeur 80°, minéralisation forte de 4,7g / litre, installation de géothermie pour l’établissement thermal et les résidences avoisinantes, apport de richesse par le tourisme et les soins 1Md en 5 ans…

Quelques extraits de la documentation du site : UNE HISTOIRE DE LONGUE DATE :

De tout temps, les troupeaux de brebis de Saint-Gervais pâturaient une herbe verte, été comme hiver. Le secret des bergers ? Une source d’eau naturellement chaude.

En 1806, intrigué par cette découverte, le notaire Genevois maître Gontard fait analyser des échantillons de cette eau miraculeuse. Sa découverte donne naissance à un établissement thermal bâti au plus près de la source en 1807. Saint-Gervais devient alors Saint-Gervais-Les Bains, un lieu de villégiature prisé où l’on vient prendre les eaux pour soigner ses maux.

L’eau thermale prend sa source au cœur d’un environnement époustouflant. Elle ruisselle dans un impluvium au carrefour des plus hautes cimes du massif du Mont Blanc. Après un voyage de 6500 ans au cœur de la terre, l’eau thermale de Saint-Gervais Mont Blanc jaillit dans un écrin protégé.

Captée naturellement à 39°C ses vertus thérapeutiques ne sont plus à prouver. Lors de son cheminement multimillénaire, elle se charge en minéraux et oligo-éléments tels que le soufre, le magnésium, le bore, le silicium, le cuivre ou encore le manganèse… Autant d’actifs qui l’ont rendue célèbre.

Apaisante, cicatrisante, anti inflammatoire, décongestionnante, anti âge, et reconnue dans le monde de la dermatologie et de la brûlologie, sa composition respecte parfaitement l’équilibre des cellules de l’épiderme.

 coffinet

>

Ondes et images : un an en immersion à l’Institut Langevin

conf bernardet

Samuel nous fait part de son année universitaire parmi les équipes de chercheurs du prestigieux institut LANGEVIN où il a pu poursuivre ses investigations sur « les gouttes marcheuses ». Bravo et Merci Samuel pour cette excellente conférence pleine d’intelligence et de simplicité.

L’Institut Langevin (Extraits du site)

L’Institut Langevin est une Unité Mixte de Recherche de l’ESPCI Paris et du CNRS dédiée à la physique des ondes et à ses applications. Il a obtenu en 2011 le label LabEx (Laboratoire d’Excellence) pour le projet WIFI (Waves and Imaging : From Fundamentals to Innovation).

Fondé à l’initiative de Mathias Fink en 2009. Il est né de la fusion de deux laboratoires de l’ESPCI Paris : le laboratoire « Ondes et Acoustique », que dirigeait Mathias Fink depuis sa création en 1990, et le laboratoire d’Optique Physique dirigé par Claude Boccara. L’ambition qui a présidé à ce rapprochement était de réunir dans un même Institut des chercheurs intéressés par tous les types d’ondes possibles.
Arnaud Tourin a succédé à Mathias Fink en 2014 à la direction de l’Institut Langevin. Il est assisté d’un adjoint, Yannick De Wilde, et d’un conseil scientifique composé de Claire Prada, Rémi Carminati, Claude Boccara, et Mathias Fink.

De la recherche fondamentale à la création d'entreprises

L’Institut Langevin allie dans un esprit très pluridisciplinaire, recherche fondamentale, recherche appliquée et création d’entreprises.
Le spectre des ondes concernées est très large : ondes mécaniques (ondes acoustiques, élastiques et sismiques, vagues), ondes électromagnétiques (radiofréquences, micro-ondes, Térahertz) et optique (infrarouge et visible).

Les chercheurs de l’Institut se donnent pour objectif de comprendre les mécanismes de propagation de ces différents types d’ondes dans les milieux les plus complexes et de tirer parti de cette meilleure compréhension pour concevoir des instruments originaux pour la manipulation de ces ondes et l’imagerie de ces milieux.

Une des forces de l’Institut Langevin réside dans sa capacité à transformer les produits d‘une recherche très fondamentale en applications concrètes. Grâce au Labex WIFI, l’Institut s’est doté d’un pôle Innovation, dirigé par Daphnée Raffini, qui accompagne les chercheurs dans leurs démarches de valorisation. Celles-ci trouvent notamment leur traduction dans le dépôt de brevets et la création de start-ups. Les dix entreprises nées des recherches menées à l’Institut emploient plus de 350 personnes.

Télécharger le support de la conférence logo pdf

Moteurs thermiques et pollution, la difficile équation

conf leitchnam

Dans le cadre de la fête de la Science Rodolphe LEICHTNAM nous a présenté un état des lieux des avancées technologiques concernant les différentes pollutions émises par les moteurs thermiques

Sujets abordés :

  • Rappel sur les principaux polluants émis par les moteurs thermiques (CO, HC, Nox, Particules + CO2 pour l’effet de serre)
  • Historique des réglementations associées
  • Les bancs utilisés pour réaliser les mesures associées
  • L’orientation mesures Real Drive Emissions suite à l’affaire VW
  • Les réponses techniques des constructeurs jusqu’à EURO VII
  • La suite avec la réponse au réchauffement climatique : Zéro émissions ou presque (Hybrides, Electriques, Piles à combustibles)
  • Le positionnement technique de ces solutions en fonction des besoins de mobilité
  • Le groupe FAURECIA et son domaine d’action (Clean Mobility)

Rodolphe LEICHTNAM est Test Center Manager chez FAURECIA à Besançon. Il est diplômé d‘ingénierie mécanique de Polytech’ Orléans.

 

 

La réforme du Baccaulréat

conf bannouLe nouveau baccalauréat 2021 redonne au baccalauréat son sens et son utilité avec un examen remusclé et un lycée plus simple, plus à l'écoute des aspirations des lycéens, pour leur donner les moyens de se projeter vers la réussite dans l'enseignement supérieur (source : Ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse)

Dalila Bannou, avec beaucoup d’expérience (et de passion) dans les missions qu’elle a accomplies au cours de sa carrière, témoigne de l’intérêt de la réforme et en fait ressortir les points clés:

  • Le renfort des étapes d’orientation et d’évaluation mises en place en troisième pour que les élèves analysent leurs capacités, leurs aptitudes et leurs faiblesses dans toutes les matières afin de mieux choisir une orientation adaptée à leurs goûts et à leurs capacités avec les professeurs et leur famille.
  • Un tronc commun en première et en terminale assure à tous les élèves des connaissances générales indispensables (un minimum de maths et de sciences, de français, de philosophie, par exemple)
  • 11 spécialités en 1ère et terminale apportent les connaissances nécessaires aux domaines d’orientation (on y trouve les maths experts, la Physique /Chimie, les Arts, les Langues etc.). Les élèves en choisiront 3 en 1ère et 2 en terminale. Pour nos futurs ingénieurs il faut prendre les maths expertes et au moins l’une des 3 spécialités suivantes : Physique/Chimie, Sciences de l’ingénieur, numérique et science informatique.
  • Des enseignements facultatifs permettent de découvrir, ou perfectionner une matière ou d’acquérir des connaissances complémentaires

L’importance du français, écrit et oral, des langues, des connaissances du monde et de son économie est mise une fois de plus en relief. Lors des PMIS nous pourrons rappeler à nos chers matheux qu’un ingénieur ou un scientifique va passer plus de temps à rédiger ou exposer ses résultats, en français ou en anglais, qu’à faire des calculs !

Télécharger le support de la conférence logo pdf

Les unités pifométriques

conf jc bavoilotJean-Claude BAVOILLOT nous expose avec une « bonne pincée » de sérieux et « un paquet » d’humour ce qu’il faut savoir sur les unités pifométriques.

Son exposé est très structuré et documenté. Les « Pifômes » sont classés en plusieurs catégories (de temps, de valeur, de volume, de quantité, etc.), ils sont très variables selon les individus et demandent « un bon peu » de psychologie et de « bouteille » pour être employés à bon escient.

Les 35 participants à la soirée ont passé « un sacré bon moment » et remercient chaleureusement le conférencier pour son travail « de titan » (recherche et synthèse).

Jean-Claude nous a rappelé « bon nombre » d’expressions pifométriques courantes dont nous nous servons quotidiennement pour donner de la couleur à nos récits.

Télécharger le support de la conférence logo pdf

Espace es-tu là ?

conf damien gayetPeut-on tourner sur soi-même dans un espace où l’on est seul à exister ? Le vertige que cette question suscite n’est pas que physiologique, il est dû à l’étrangeté de ce qui lie les choses à l’espace.

Les physiciens auraient pu bouder ces préoccupations métaphysiques, mais leurs théories dépendent fondamentalement de la nature de ce lien. Les mathématiciens auraient pu s’en tenir à créer de nouveaux espaces logiquement possibles, mais quelques uns avaient de la suite physique dans les idées.

Au travers d’histoires d’eau tournante, d’arpenteurs géants et d’espaces démiurges, nous jetterons une petite lumière insolite sur la lancinante question de la mathématisation de la physique.

Mathématicien spécialiste en géométrie, Damien GAYET est l'auteur de l'ouvrage "L'Invention du réel - Les dessous philosophiques de l'astronomie".

 

Télécharger le support de la conférence  logo pdf

Biomécanique de la pratique du ski alpin et du matériel et interface homme/skieur (1/2)

conf hintzy

La performance sportive est multifactorielle. Elle englobe les qualités musculaires – énergétiques - psychologiques, la maitrise de la technique gestuelle et l’équipement sportif utilisé. Selon les sports, ce dernier point occupe une part plus ou moins importante. Dans le cadre du ski alpin, l’implication de l’équipement sportif dans la performance sportive est importante et croissante, puisqu’elle profite des avancées scientifiques dans des domaines variés comme les sciences des matériaux, la simulation et les modèles mathématiques et enfin la biomécanique.

Frédérique HINTZY nous a informé avec détails de l’apport de la biomécanique dans l’optimisation de la gestuelle en ski alpin.

Faute de temps, Frédérique HINTZY n'a pu nous faire partager le reste de ses recherches axées sur le matériel. Ce sera donc l'occasion de nous rencontrer de nouveau pour compléter la présentation de ses travaux.

Télécharger le support de la conférence (première partie) logo pdf

NOS DERNIERES VISITES D'ENTREPRISE

Visite du centre de supervision urbain (CSU)

pperezLes membres de l’UDISS ont été invités le mardi 9 avril 2019 par Pierre PEREZ (adjoint au maire de Chambéry en charge de l'administration générale, de la prévention et de la sécurité) à visiter la salle opérationnelle du Centre de Supervision Urbain de la police municipale.

Opérationnel depuis octobre 2017, ce centre dispose de multiples écrans, transmettant en permanence les images des nombreuses caméras installées sur les secteurs les plus sensibles de Chambéry.

Sept opérateurs (formés spécifiquement à ce type de surveillance) encadrés par un responsable, se relaient nuit et jour et déclenchent des alertes régulièrement. Sur un mur équipé de 21 écrans de 55 pouces, ces opérateurs suivent en direct les images transmises par les 63 caméras de vidéo protection. Cet outil aide quotidiennement les policiers et gendarmes dans la lutte contre la délinquance et le taux de résolution des affaires qu’ils ont à traiter a fortement augmenté.

Ces images permettent aussi de signaler aux pompiers un malaise ou un feu, de voir des auteurs de dégradations et de les confondre immédiatement. Sous peu il sera possible aussi de verbaliser par vidéo et de gérer en direct les bornes d'accès aux secteurs reservés.

Ce centre pourra traiter dans le futur les images transmises par les installations d’autres communes, et d’autres équipements vidéo tels que ceux équipant les bus, les parkings ou les immeubles des bailleurs sociaux. Il est dimensionné pour accueillir à terme entre 200 et 250 caméras.

Les réquisitions judiciaires pour les images des caméras de surveillance sont passées de 47 en 2013 à 310 en 2018 et continuent de progresser en 2019. Le Centre est devenu un élément vital pour la police chambérienne : des réseaux de trafic de drogue sont régulièrement démantelés et des interventions sur des actes violents permettent des interpellations immédiates. La pause de caméras a permis de contrôler et faire diminuer la délinquance dans certains quartiers. Une dizaine de caméras sera installée en 2019 dans le quartier du Biollay. L'entretien et l'installation de nouvelles caméras coûtent 160 000 euros par an à la ville.

Les enregistrements sont conservés quinze jours. Un PC de crise permet de regrouper sur place les forces de l'ordre, police nationale et gendarmerie, les secours, pompiers et sécurité civile ainsi que les représentants de la justice.

Les 33 participants ont été enchantés par leur visite et très impressionnés par la modernité des équipements du centre ainsi que par l’efficacité de ce dispositif. Ils expriment leurs vifs remerciements à Pierre Perez.

ST Microélectronics

st microelectronicsSite gigantesque, ST Microélectronics emploie 4 000 personnes à Crolles et 2 000 à Grenoble. Chiffre d’affaires de 9 milliards d’euros.

Entreprise à la fois à accès très sécurisé et très organisée pour les visites (les photos interdites).

Les composants électroniques fabriqués à partir de lingots de silicium sont présents partout dans notre vie quotidienne : chacun d’entre nous utilise en moyenne 250 fois par jour un composant ST Microélectronics.

Parcourant un couloir vitré, nous avons vu la « salle blanche » dans laquelle sont fabriquées les « puces ». Cette salle est 100 fois plus « propre » (nombre de particules par mètre cube) qu’un bloc opératoire à l’hôpital. Ceci grâce à un flux d’air filtré pulsé de haut en bas et renouvelant l’air de la salle toutes les 10 secondes. La consommation électrique importante (égale à celle de la ville de Grenoble) est le prix à payer pour cette pureté.

La fabrication est très automatisée et le personnel, très occupé à la maintenance préventive du matériel, est équipé de masque, lunettes, combinaison étanche, cagoule et sur-bottes.

Centre de sécurité du Tunnel du Fréjus

Fonderie de cloches PACCARD à Sévrier

Mr Paccard, le PDG de l’entreprise, nous accueille dans l’atelier d’accordage des cloches afin de nous montrer des cloches presque terminées (il manque le battant et l’anneau de suspension). Elles sont accordées à l’aide d’un tour vertical jusqu’à l’harmonique d’ordre 5 par enlèvement de métal à l’intérieur. Pas le droit à l’erreur car il est impossible de rajouter du métal !

L’entreprise Paccard fait partie des 3 ou 4 fondeurs accordant ses cloches sur les 90 mondiaux.

Si l’accordage est secondaire pour une cloche unique, la note fondamentale étant donnée par la forme et la dimension, il devient indispensable pour qu’un carillon sonne juste, les harmoniques de l’une étant la fondamentale d’une autre. La précision atteinte est de 3/100ème de demi ton. Les instruments d’accordage utilisés sont passés de l’oreille à l’oscilloscope en passant par le diapason.

Puis, passage à l’atelier de fonderie pour assister à la coulée. Le métal, l’airain, est un alliage 78 Cu/22 Sn. Il est porté à 1200°C dans un four. Après dégazage, les vapeurs, initialement jaunes, deviennent vertes.

Le creuset est extrait du four et le métal est versé dans le moule en sable et à cire perdue. Le prêtre qui a commandé la cloche pour son église bénit le métal et prie pour tous les fidèles de sa paroisse.

La combustion de la cire provoque des flammes très vives qui s’éteignent quand le métal a pris toute la place de la cire : la coulée est terminée. L’excédent de métal est versé dans des lingots destinés à la cloche suivante. Il reste à attendre le refroidissement, qui, comme chacun sait, prend « un certain temps » avant de casser le moule.

Tout le groupe de visiteurs est ensuite invité à un récital : Mme Paccard, chanteuse professionnelle, accompagnée par le carillon Paccard(Photo ci-dessus) nous enchante avec un répertoire varié allant du gospel à la chanson d’amour pour finir superbement avec un Ave Maria et un Requiem . La visite se termine par le musée, où l’on voit une photo de la plus grosse cloche mondiale (33285kg), fabriquée par Paccard et expédiée aux USA pour le passage à l’an 2000, puis la boutique qui propose des cloches plus modestes...

Nous remercions chaleureusement Jean-Pierre VITTOT, Maitre Carilloneur de Chambéry, et membre de l'UDISS pour l'organisation de cette visite.

Usine de pâtes alimentaires "la Pasta" à Saint-Jean de Maurienne

Visite de La Pasta à Saint Jean de Maurienne le jeudi 5 avril 2018.

Mr Guillaume Fabrocini ; le PDG (« celui qui gère les emmerdes ») de l’entreprise nous accueille devant une carte de la Savoie-Piémont où apparaissent les spécialités gustatives de ces deux régions jumelles réunies par le tunnel du Mont-Cenis, clé de nombreux échanges.

Savez-vous que les crozets ne sont pas des pâtes car ils sont fabriqués avec du blé tendre, alors que les pâtes sont faites de blé dur ? Et aussi que le safran des Huretières est toujours récolté à la main ? Que le métier de vermicellier est né à St Jean de Maurienne sous l’influence de l’immigration italienne ? Que l’origine des pâtes n’est peut-être pas chinoise, mais arabe (les lasagnes viennent des « lazania » du Maghreb) ? Que les ravioles de la Drôme, à base de fromage et d’herbes locaux ont été « inventés » par des immigrés italiens qui ne trouvaient pas les 3 viandes nécessaires à la confection de leurs ravioli nationaux ? Et encore comment obtenir un spaghetto qui retient la sauce tomate ? Il faut extruder avec une tréfileuse en bronze qui abrase la surface, naturellement lisse.

Pour faire des pâtes, il faut de la farine et de l’eau. La pâte obtenue est extrudée ou laminée puis découpée. Chez Pasta & Aromi, tous les ingrédients sont naturels (safran, cèpes...) Ce qui lui a valu le statut d’« Artisan » et le logo « a »

Pasta & Aromi a repris en 2005 la tradition de la famille Bozon-Verduraz, fondatrice.

Après cette présentation par Mr Fabronici, nous avons visité la boutique, admiré des photos anciennes ainsi que des boites de pâtes « La Lune » et autres. Pasta & Aromi commercialise aussi « soupe de Mai », Panettone, produits bio, polenta, crozets, risotto, gâteaux, chocolats, vin de Maurienne, etc...

L’usine, qui produit 2 tonnes de pâtes quotidiennement, est visitable certains jours de fabrication. Boutique-musée ouverte du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 19h.

Vous pouvez retrouver l'intégralité de nos visites et conférences en suivant ce lien.